Il n’y a pas eu de pandémie en France, ils nous ont menti

Temps de lecture:2 Minutes, 31 Secondes

Une agence officielle, l’ATIH (Agence technique de l’information sur l’hospitalisation publique) gérant toutes les hospitalisations, notamment celles qui ont coûté 200 milliards à l’assurance maladie, vient de publier un rapport, vérifié de la première à la dernière page, selon lequel : les personnes hospitalisées, pour cause de Covid-19ont représentées 2 % des hospitalisés et 5 % des patients placés en réanimation ; soit 0,07 % d’infectés (76 personnes) pour cent-mille habitants. En d’autres termes, 2 % des plus de 80 ans hospitalisés sont décédés du fait du Covid-19. Ce rapport officiel montre : que la grippe annuelle est plus meurtrière que le Covid et que ce ne sont pas les patients Covid qui ont saturé les services hospitaliers.

Immédiatement, différents chiens de garde du menteur Véran sont montés au créneau, pour aboyer contre les « complotistes », redoutant à juste titre de voir dans les chiffres de ce rapport officiel factuel un démenti incontestable de la propagande de la pandémie, ainsi qu’une condamnation des privations de liberté privées et publiques : c’est ainsi que le quotidien bien mal-nommé « Libération », qui ne survit que sous un respirateur budgétaire étatique faute d’un lectorat suffisant, s’est déchaîné ce matin contre ceux ne voulant voir dans le rapport de l’ATIH que ce qui s’y trouve.

« Les chiffres sont vrais » commentent les anciens mao-sartriens du quotidien ralliés à la bureaucratie bruxelloise et à ses succursales (en France, la Macronie), mais… mais « il convient de les lire autrement ». Et de nous débiter et expliquer laborieusement des évaluations, des élucubrations, destinées à montrer que ce peu de patients hospitalisés, pour le Covid-19, devaient être comptés comme s’ils étaient beaucoup plus de patients ; qu’un patient Covid, ça représentait au moins 10 patients non-Covid ; qu’il y avait bien des raisons légitimes d’avoir eu peur en 2020 et qu’il y en a encore pour continuer à propager la psychose de la panique préventive, comme vient à nouveau de le faire le menteur en chef Véran, agitant le spectre d’une « cinquième vague », pour justifier tous les futurs oukases et outrances bureaucratiques de ses services et des ARS pourrissant le quotidien des Français.

Les faits sont les faits.

Une personne malade, ce n’est pas dix personnes. Ne confondons pas budget et réalité humaine physique.

Il n’y a pas eu de pandémie, en France !

Véran et ses acolytes ont menti !

Véran et Cie continuent à vouloir effrayer pour légitimer la séquestration perpétuelle des libertés.

Pourquoi ces mensonges grossiers ?

Le professeur Zelenko en a donné une première raison : ces centaines de milliards entrant mécaniquement dans les caisses de Pfizer et Cie, grâce à des consommateurs contraints à acquérir et à consommer le produit sous peine de ne plus pouvoir gagner leur vie ni avoir une vie sociale.

Non au mensonge !

Assez de la tyrannie « sanitaire » !!

Assez de l’arbitraire policier du ministre et de ses annexes (ARS, Ordre des médecins…)

 Liberté de prescription selon le serment d’Hippocrate !

Alain Rubin

 38 Vues totales,  1 Vues aujourd'hui

Note moyenne

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Article précédent J’ai mal à ma France
Article suivant Place d’armes