Zemmour : La guerre en Ukraine ne sauvera pas le candidat Macron

Macron et les socialistes LREM sont à l’aube de vivre une vague Z lors des élections à venir. La caste politico-médiatique est aux manettes et appelle à assassiner médiatiquement Zemmour pour se débarrasser une fois pour toute de l’idée que la France est favorable à Zemmour président.

Zemmour a décidé de concentrer sa campagne électorale sur les questions qui affectent directement les Français et non pas sur la guerre de la Russie en Ukraine. Les Français ne seront pas dupes de l’intérêt factice de Macron pour la défense des frontières et de la démocratie en Ukraine, mais pas en France.

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine, les médias se sont concentrés presque exclusivement sur la guerre en cours. Les guerres de Macron contre le Covid et la Russie doivent détourner l’attention des vrais problèmes des vrais Français grâce à une couverture médiatique partisane pro-Macron candidat.

La logique macronniste est celle d’une guerre d’agression menée contre la France et les Français par les élites corrompues de la gauche caviar LREM-GOF-LGBT. C’est ce qui justifie une couverture médiatique de gauche, des analyses stupides, des spéculations ridicules fondées sur des rapports incomplets ou faux, avec la mise en scène des gesticulations du bellicisme d’apparence et de théâtre du petit Macron faible. La couverture médiatique des candidatures nationales a été limitée. Il n’y a pas eu de retransmission du grand meeting de Zemmour à Toulon. Les médias de gauche ont mis en avant l’obligation ridicule de Zemmour de respecter le temps de parole alors que Macron non candidat a envahi tous les écrans sans aucune limite.

Il est stupide de croire que la guerre en Ukraine détourne l’attention des Français sur les taxes et impôts qui empoisonnent le pays. Plus débile encore est l’idée que le conflit Russie-Ukraine est le moyen qu’a trouvé Macron afin de se déresponsabiliser des problèmes qu’il a lui-même créés pendant 5 ans avec ses dépenses somptuaires et ses lois partisanes LREM-GOF-LGBT. Le théâtre du petit Macron faible aimerait mettre ses échecs sur le compte d’une guerre lointaine. Mais la majorité des Français ne sont pas dupes.

Le théâtre du petit Macron faible aimerait nous entraîner dans une guerre avec la Russie en vendant en secret des armes pour la guerre en Ukraine, ce qui plaide pour l’incompétence absolue du petit Macron faible candidat. Mais la majorité des Français seront prêts à infliger à Macron une claque qui rivalisera avec la raclée qu’Hollande a évitée de justesse en refusant de se présenter à l’élection de 2017.

Cela à condition que l’élection de 2022 soit honnête, car la macronnie est prête à toutes les fraudes.

En 2022, le charisme de Zemmour aura réussi à infliger des énormes pertes aux LR avant de gagner des centaines de sièges aux législatives. On peut affirmer que 2022 aura été le début d’un relèvement de la France. L’équipe Z affirme que le conflit ukrainien a été  fabriqué afin de dissimuler les désastres causés par Macron. Ils sont persuadés que les électeurs se font rouler dans la farine par le théâtre du petit Macron faible.

La crise fabriquée entre la Russie et l’Ukraine est une couverture opportuniste permettant de justifier l’effondrement de l’économie, subie par la classe moyenne, présenté comme la faute de Vladimir Poutine.

Les erreurs du petit théâtre du petit Macron faible : C’est toujours la faute de quelqu’un d’autre !

Zemmour ne sous-estime pas le nombre de ceux qui vont croire à cette absurdité destinée à justifier la fraude. On n’est pas loin de pouvoir justifier l’idée de conspiration politique contre l’économie de la classe moyenne au nom des envahisseurs multinationaux. Seuls les électeurs de Macron se laisseront convaincre de l’absoudre de toute responsabilité concernant les difficultés croissantes que connaissent tous les Français.

Mais cet argument des macronnistes ne tient pas : les problèmes de Macron contre tous les Français ont commencé dès le premier jour de son mandat, notamment contre les Gilets Jaunes avant les Black blocs.

L’une des premières actions de Macron contre tous les Français a été de mettre des taxes et impôts avec la CSG contre les Français à la retraite, puis de restreindre la liberté d’expression des Gilets Jaunes.

Macron contre tous les Français a vanté publiquement des objectifs ineptes en matière d’énergie pour se soumettre aux écolos-gauchistes allemands et fermer la centrale rénovée de Fessenheim. Il veut racketter tout le pays. En campagne électorale, il a dit : « Je vous le garantis. Nous allons relancer le nucléaire ! »

Une majorité d’électeurs ne va pas croire que la flambée des prix de l’énergie, à la pompe à essence, dans le coût du chauffage domestique et aussi dans les produits alimentaires, est due à Poutine avec la crise ukrainienne. Les faits sont trop bien établis pour que les Français se laissent si facilement duper.

Zemmour sait que le vote est un enjeu strictement personnel. Les Français de la classe moyenne et de la classe ouvrière voient leur salaire diminuer chaque jour alors que leur budget de dépenses familiales et de transport ne cesse d’augmenter. Il est certain que les familles de la classe moyenne ressentent aussi les effets de l’inflation et du surcoût lié à  l’énergie. Les Français comprennent que c’est Macron, et non Vladimir, qui a mis fin à l’indépendance énergétique de la France avec la fermeture de la centrale de Fessenheim.

Incriminer la guerre de la Russie en Ukraine pour toute perturbation de l’approvisionnement en pétrole et en gaz, et pour la hausse des prix, ne peut que se retourner contre Macron. Macron ne peut pas échapper à sa responsabilité d’avoir rendu la France des éoliennes vulnérable aux fournisseurs de gaz de la Russie.

La plupart des électeurs sont-ils naïfs au point de croire que tous les problèmes actuels de la chaîne d’approvisionnement en gaz sont l’œuvre de Vladimir Poutine ? Ou bien une majorité de Français est-elle assez bien informée sur le fait que Macron et son incompétence désinvolte sont à blâmer pour n’avoir pas su relever intelligemment les défis de la chaîne d’approvisionnement énergétique et en matières premières ?

Comment les LREM-GOF-LGBT vont-ils s’y prendre pour mettre la dissolution des frontières pour les envahisseurs islamistes et africains sur le dos de Poutine et de sa guerre ? Par pure idéologie, Macron et son incompétence désinvolte ont ouvert les frontières aux envahisseurs islamistes et africains. C’était délibéré, car les LREM-GOF-LGBT ont depuis longtemps pour objectif de déconstruire la France et l’Occident chrétien.

Ils veulent le Grand remplacement par de nouveaux groupes séparatistes étrangers, ce qui devrait leur bénéficier politiquement. La gauche LREM-GOF-LGBT souhaite depuis longtemps transformer la France en une poly-culture tiers-mondiste. Les électeurs demanderont pourquoi Macron idéologue désinvolte est prêt à défendre les frontières de l’Ukraine mais pas les nôtres, les frontières de la France de toujours.

À moins que les sondages ne soient faussés, les Français sont fortement opposés à la politique de Macron. Ces vagues de clandestins ont un impact sur la sécurité dans tout le pays. En avril, les électeurs reprocheront à Macron les troubles de la sécurité des Français, et non à Poutine. Les sondages pro-Macron parmi ceux qui l’approuvent ou le désapprouvent fortement sont faussés. En réalité 45 % des électeurs le désapprouvent fortement. L’intensité augmente lorsqu’il s’agit de la motivation anti-Macron des électeurs.

Dans un sondage, il est fortement approuvé par 22 % des électeurs probables, tandis que 52 % le désapprouvent fortement. Que l’on se fie aux chiffres Macron-Pécresse, il s’agit de choisir entre la peste et le choléra. Les chiffres d’approbation de Macron représentent en fait une hausse de la propagande médiatique.

On peut voir cela comme une anomalie anti-démocratique, une bulle qui va éclater dans le vote à venir. Pourquoi ? Parce que les problèmes que Macron a créés ne vont pas disparaître. Comme toujours, nous devons émettre une réserve : Le vote est encore loin, et beaucoup de choses peuvent se produire d’ici là et changer la donne politique. Mais il y a fort à parier que les difficultés du pays ne feront qu’empirer et que les perceptions des électeurs étayées par des faits concrets sont trop profondément ancrées dans les esprits pour qu’une majorité anti-Macron change d’opinion. Et si les propagandistes des médias de l’Establishment pro-Macron essaient, ils ne parviendront pas à imputer les piètres résultats de Macron à Vladimir Poutine.

(Librement adapté de J. Robert Smith sur le site d’American Thinker : La guerre en Ukraine ne peut pas sauver Joe Biden © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.)

 

A propos de l\'auteur

Thierry Michaud-Nérard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.