Mourir d’une façon atroce victime d’une fatwa.

En France il est désormais possible de mourir d’une façon atroce victime d’une fatwa.

Aurore Bergé a parlé de lynchage, mais pas n’importe quel lynchage !

Une fatwa !

A force de nous engluer dans le déni de réalité qui est un déni de guerre, une victimisation et une déresponsabilisation de l’agresseur, la barbarie a voie de cité dans notre pays ! 

Victime d’un attentat horrible qui suscite indignation, effroi et colère, un enseignant a été exécuté parce qu’il croyait à la liberté d’expression, la liberté de croire et de ne pas croire et à l’esprit critique !

La décapitation, oui il faut employer ce mot, est un acte infame et barbare. Il suscite un sentiment d’horreur et de révolte. 

Comme de nombreux Français, je rends hommage à cet excellent professeur d’histoire géographie lâchement décapité et je salue sa mémoire. Mes pensées vont à sa famille, ses proches et à tout le corps enseignant traumatisé par cet attentat odieux.

Que peut-on dire une fois les faits rappelés ?

Le pouvoir déclare que l’islamisme s’en prend à la République ! Non l’islamisme s’en prend aux Français, des Français sans défense, manipulés par une bien-pensance qui masque la réalité. Le réveil bien tardif des autorités suite à cet acte de barbarie ne saura effacer la responsabilité de cette compromission du pouvoir devant l’islamisme.

Le président, E Macron a répété plusieurs fois, « Ils ne passeront pas « . Mais hélas, ils sont déjà passés !

La vérité est implacable : ce jeune tchétchène a disparu des écrans radars en Russie en 2008, le 4 mars 2020 il obtient sa carte de réfugié de 10 ans.

Où était-il pendant tout ce temps-là ? Clandestin sur notre sol ?

Certains diront il était seulement délinquant de droit commun pour dégradations de biens publics et violences …

Le pouvoir n’a pas hésité à garder un jeune potentiellement dangereux sur notre sol. Pourquoi n’a-t-il pas été expulsé ?

Alors qu’il était menacé, le professeur a été laissé sans protection.

Oui, en partie, le pouvoir a le sang de ce professeur sur les mains ! En outre, depuis longtemps déjà la profession d’enseignant est livrée à la vindicte des parents dans l’indifférence générale.

Oui, la liberté d’enseigner est menacée. L’Etat doit la protéger !  

Ne doutons pas que cette tragédie sera récupérée par les intérêts politiciens. La liberté d’expression, déjà fortement amputée, sera encore réduite sur les réseaux sociaux.

La vérité est que la charia s’immisce dans nos vies disloquant chaque jour davantage notre pays sans obtenir une véritable réaction des musulmans de France.

A force de crier à l’islamophobie, le pouvoir ferait mieux de s’occuper de la haine antifrançaise qui tue tous les jours et de façon exponentielle.

Il est temps de protéger nos familles !

Par incapacité et idéologie, la République actuelle est inapte : alors qu’il était menacé sur les réseaux sociaux, elle n’a même pas mis Samuel Paty, le professeur, sous protection.

En outre, désarmé moralement, le peuple est sous état d’hypnose. Il attend tout de l’Etat et de l’oligarchie au pouvoir. Quitte à encourir la réprobation de certains, il faut apprendre à se défendre par soi-même. N’oublions pas, nous sommes en guerre ! Il faut la gagner. Alors notre devoir est de nous défendre et de résister.

Aussi faisons face et agissons. C’est notre droit et notre devoir. 

Nous avons le droit de nous défendre 

Nous avons le droit de vivre.

Au nom de la tolérance, l’islamisme radical bénéficie de complaisance coupable qui contribue à une affirmation insidieuse. On ne doit plus céder ou reculer. Le renoncement de l’Etat doit disparaitre pour laisser place à une action forte et décisive.

La République doit être sans faiblesse face aux ennemis de la laïcité. Elle doit mener un combat résolu contre l’islamisme radical.

Il s’agit véritablement de conduire une vraie guerre contre l’ennemi qui est parfaitement identifié : le salafisme et les Frères musulmans.

Aussi, afin d’éviter de voir poindre le jour où il faudra sauvegarder nos valeurs, nos repères, notre identité par la force et d’échapper aussi à la marche vers la survie de notre identité, notre rôle de citoyens français partout où nous nous trouvons consiste à informer, à crier la vérité, à sensibiliser l’opinion au risque larvé qui menace notre pays.

Dans le Livre des Prophètes, il est dit : « La paix, c’est posséder tellement de force que l’on puisse se reposer comme un lion au milieu d’un troupeau de brebis. Ces brebis ne tenteront pas d’attaquer le lion, car elles savent, selon la loi naturelle, qu’elles seront dévorées au premier bêlement ». 

A force de passivité, d’acceptations, de reculades, d’abandons, prenons garde que la France, hier encore Lion puissant, s’affaiblisse au point que les brebis enhardies, et de plus en plus nombreuses, l’étouffent et la terrassent avant de la plonger dans la dhimmitude, l’islamisation et le servage.

Français, Patriotes, réveillons-nous ! Clamons notre fierté d’être Français, défendons farouchement nos valeurs, nos symboles et la langue française. La France ne peut nourrir dans son sein le serpent qui l’endort et distille lentement son venin.

 

Christian Piquemal

Président du Cercle de Citoyens Patriotes

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires