ORG

Le blog Observatoire

Crimes de guerre

Rédigé par ORG 44 commentaires

 

       32 – Crimes de guerre (individuels et collectifs)

321 – Laxisme ou non-répression des appels à l'extermination de Français 

Actes de barbarie, incitation à la haine contre les Français, en particulier de la part de prétendus artistes ou de personnes ayant accès aux médias

322 – Déni des crimes de guerre et contre l'humanité

Bataclan

Nice

Egorgements et éventrations au quotidien, comme à Marseille.

Impunité psychiatrique des djihadistes (rapatriement de Syrie de criminels de guerre) donc irresponsabilité organisée. 

Art 212-1 CP :  L'extermination

Art 212-1 CP : La torture

Art 212-1 CP : La persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d'ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste ou en fonction d'autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international.

 

 

Classé dans : Non classé Mots clés : aucun

44 commentaires

#1  - Claude Tesqué a dit :

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2020/01/03/01016-20200103LIVWWW00001-en-direct-un-homme-poignarde-des-passants-a-villejuif-avant-d-etre-neutralise.php
Je mets ce lien au cas oû il y ait des témoins ?
#ORG

Répondre
#2  - Jean Lardier a dit :

https://fr.sputniknews.com/france/202001051042708221-un-homme-arme-dun-couteau-et-hurlant-allahu-akbar-neutralise-par-balle-a-metz/?utm_source=push&utm_medium=browser_notification&utm_campaign=sputnik_fr

Y a t il des témoins ? Si oui je mets ce lien ici pour susciter des témoignages afin de les rassembler .
Cela ne peut plus durer !

Répondre
#3  - Jean Guillaumin a dit :

Je tiens à réagir à la barbarie commise à Izon :Jean Claude et Sylviane Muller 58 et 50 ans ont été sauvagement assassinés ( Mme Muller a été violée et assassinée).Assassinés par égorgement. L'enquête au parquet de Libourne ? Silence radio.Je n 'accepte pas que la maire d'Izon parle d' "événement " , de "scène ".Ras le bol de ces euphémismes insupportables!
https://youtu.be/w_-sZPOc0Os

Répondre
#4  - Lucie Rouillon a dit :

Je ne peux plus supporter ce deni de guerre!
http://www.fdesouche.com/1324679-nogent-sur-oise-60-une-femme-de-70-ans-violee-par-un-migrant-clandestin-venu-la-cambrioler

Répondre
#5  - Julie Sobrain a dit :

Je place ces attaques récurrentes et impunis contre nos églises,sanctuaires, patrimoine traditionnels ou/et cultuels comme des crimes car c'est toujours le signe annonciateur du pire pour les Chretiens.je note qu'il n'y a pas atteinte aux temples protestants mais toujours aux églises catholiques. Une dizaine ont déjà brûlé.Le pouvoir s'en lave les mains.Depuis l'assassinat barbare du Père Hamel,cela ne va crescendo.
Je n'oublie pas que l'incendie de ND de Paris s'est enclenché pendant la messe alors que tous les touristes avaient été exceptionnellement éloignés dès 17 h ce jour là...
L'Église de mon village ( 1800 habitants)a été cambriolée...Si nous ne protégeons pas nos églises et cimetières,nous mettons nos vies chaque jour plus en danger...
Par ailleurs,quand je vois dans quel état de délabrement est laissée l'eglise de mon village ( premières pierres au 16 même siècle),je comprends la spéculation foncière que représente une église.
On a eu la France des bâtisseurs,on à l'État des démolisseurs...
En marche vers le néant...Réagissons .

Répondre
#6  - Julie Sobrain a dit :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/pyrenees-orientales/pyrenees-orientales-incendie-eglise-saint-laurent-salanque-creche-est-calcinee-1774997.amp?__twitter_impression=true

Répondre
#7  - Serge Fichot a dit :

https://actu17.fr/rhone-un-couple-roue-de-coups-pour-avoir-refuse-de-donner-une-cigarette/

On ne peut plus continuer comme ça !

Répondre
#8  - acantari a dit :

Mieux que mon commentaire.
Lire cet article ci-dessous.

La prophétie du Pape Jean Paul II :

l’ISLAM envahira l’Europe

Publié par © Rosaly pour Dreuz.info le 20 novembre 2017

« Je vois l’Église du troisième millénaire affligée d’une plaie mortelle, qui, comparée à celles de ce millénaire (le communisme et le nazisme) sera plus profonde, plus douloureuse : elle se nomme « islamisme ». Ils envahiront l’Europe. J’ai vu les hordes surgir de l’Orient à l’Occident, du Maroc à la Libye, de différents pays orientaux à l’Égypte. »
Mgr Mauro Longhi, du presbytère de la Prélature de l’Opus Dei, fut le témoin direct du récit de la vision, qu’eut Jean Paul II au mois de mars 1993, à l’Ermitage « Santi Pietro e Paolo » de Bienno, dans le Val Camonica. L’inquiétante vision du Pape Jean Paul II ne fut jamais portée à la connaissance du public avant le 22 octobre dernier.

Mgr Longhi avait entretenu des contacts étroits avec le Pape polonais tout au long de son pontificat. Il révéla cette vision du Pape Jean Paul II au cours d’une conférence organisée le 22 octobre dernier en son souvenir, jour où l’Église célèbre sa mémoire.

Voir/Écouter la révélation sur youtube.com 👉 MONS. MAURO LONGHI testimone di Papa Wojtyla - 22 ott 2017 a Bienno

(allez à l’essentiel, la révélation sur la vision de Jean Paul II (en italien) à partir de 48mn59)

« J’avais posé mon regard sur lui croyant qu’il avait besoin de quelque chose. Ils s’aperçut que je le regardais, ses mains tremblaient, c’était le début de la maladie de Parkinson. »

Il me dit : « Cher Mauro, c’est la vieillesse. »

Je lui répondis immédiatement : « Mais non Sainteté, vous êtes jeune. »

Et c’est alors que Wojtyla changea de ton et de voix et me dit :

« Rappelle-le à ceux que tu rencontreras dans l’Église du troisième millénaire: « Je vois l’Église du troisième millénaire affligée d’une plaie mortelle, qui, comparée à celles de ce millénaire (le communisme et le nazisme) sera plus profonde, plus douloureuse: elle se nomme « islamisme ». Ils envahiront l’Europe. J’ai vu les hordes surgir de l’Orient à l’Occident, du Maroc à la Libye, de différents pays orientaux à l’Égypte. »

« Ils envahiront l’Europe et cette dernière sera semblable à une cave, remplie de reliques, de vieux souvenirs de famille et de toiles d’araignées. Vous l’Église du troisième millénaire devrez endiguer l’invasion. Mais non par les armes, car les armes ne suffiront pas, mais avec votre foi, vécue dans son intégrité. »

Cette vision prophétique du Pape Jean Paul II remonte à mars 1993. Il y a 24 ans, le cadre social et la présence islamique en Europe étaient très différents.

Ce n’est peut-être pas un hasard si dans « Ecclesia in Europa » l’exhortation apostolique de 2003, aujourd’hui oubliée, Jean Paul II affirma clairement qu’une relation avec l’islam devait être « correcte », menée avec « prudence » avec des idées claires sur ses « possibilités et ses limites », consciente du « décalage important entre la culture européenne, qui a de profondes racines chrétiennes et la pensée musulmane. »

...

Répondre
#9  - Anne Vareyne a dit :

Merci d' avoir relayé ce document !

Répondre
#10  - Attaques de rue a dit :

Seine-Saint-Denis. Agression au sabre en pleine rue à La Courneuve, onze interpellations https://t.co/BiY8ruehTs

Répondre
#11  - Barbarie de rue a dit :

https://www.midilibre.fr/2019/01/12/montpellier-pour-defendre-un-gamin-de-11-ans-mon-fils-sest-fait-tabasser,7943145.php

Répondre
#12  - Rue du Peuple a dit :

Voulez-vous que cet individu soit poursuivi en justice pour ses propos haineux dans l'affaire de la jeune Mila:"elle l'a bien cherché"?#ORG
#EllecourtellecourtlaCharia
Poursuites contre Abdallah Zekri!

Répondre
#13  - Actu 17 a dit :

🇫🇷 Bouches-du-Rhône : Une femme agressée sexuellement dans un TER
►Un suspect de 22 ans en situation irrégulière en France et connu des services de police placé en garde à vue
https://t.co/ZHv2APBlQ1

Répondre
#14  - Barbarie de rue a dit :

Argenteuil
#Viol


#toujourslemêmetribalisme


Brahim A.,est accusé du viol et braquages, il s'est enfui en Algérie.

Les deux accusés présents, Ylies G., 22 ans, et Nordine D., 24 ans, vols avec arme, séquestration mineur -15 ans.

https://t.co/5iS0iqui4g

Répondre
#15  - Antoine C a dit :

Extrait
Altercation dans le métro ligne 9 Paris
[THREAD] Aujourd'hui j'ai pris le métro ligne 9 à Paris. 🚇
Jusqu'ici rien d'extraordinaire.
Montent 2 personnes parlant fort pour bien se faire entendre "En France on peut rien faire, dès qu'ils voient un Noir les Français veulent pas donner de boulot.Les 2 hommes se rapprochent de
Son interlocuteur lui répond "Ouais pays de fils de pute. Les Français sont tous des chiens de toutes façons."
Évidemment je réagis : "Monsieur est-ce que vous vous rendez compte de ce que vous dites ?"
Personne d'autre ne bronche, un mec sort son téléphone pour filmer.
Les 2 hommes se rapprochent de moi, me lancent des "fils de pute" "on va te niquer" "sale Français de merde" "tu nous a colonisé maintenant on va baiser ta mère.

Je vais réagir physiquement, c'est déjà trop, et un mec me sort texto : "Fais attention. Si tu les frappes et que ça va plus loin, il y a plus de chance pour que tu sois condamné pour agression raciste qu'ils soient condamnés pour une petite bagarre."ittéralement, personne ne bouge.
Les mecs ne sont pas particulièrement impressionnant.
Je reste bloqué sur place.
Il y a effectivement un mec qui filme et des caméras partout dans le métro.
Personne n'a réagit auparavant donc on est dans une rame de baltringues : personne ne prendra ma défense.
J'ai une famille, un crédit pour l'appartement, je ne peux pas me permettre de me mettre dans une situation compliquée.
Les antiracistes et "décoloniaux" comme RokhayaDiallo ont tellement bien bossé qu'ils m'ont empêché de réagir.
Ce que je craignais arriva : 2 femmes commencent à me traiter de raciste et de réac.
Évidemment le mec sympa est sorti à la station d'après.

J'ai tenu tête jusqu'à ma station en continuant à subir leurs insultes racistes et anti-Francaises.

J'aurais aimé me faire respecter mais j'avais plus à gagner à me comporter comme les autres baltringues de la rame.

Je demande pardon au prochain qu'ils insulteront parce que je n'ai pas eu la force ou le courage de régler le problème à cause du conditionnement des esprits.On a évité la case prison + 20 00 euros a SOS Racailles + brève de presse "agression raciste des stremedrouates".
Clairement j'accuse @RokhayaDiallo d'être responsable de cette situation qui aurait pu être bien plus grave : en refusant aux "Blancs" de pouvoir subir le racisme, elle permet seulement au "autres" de pouvoir avoir gain de cause.

https://t.co/uKOiNPBzJS

Répondre
#16  - Paroles de Resistance a dit :

CNRE
Il est minuit moins le quart
ANTOINE MARTINEZ
DIMANCHE 6 OCTOBRE 2019


 Partager  Tweeter

« Il est minuit moins le quart, Monsieur le Président. Depuis trop longtemps, par naïveté, manque de clairvoyance, déni de réalité, voire collaboration, croyant sauver ainsi la paix civile et sociale, la classe politique n’a cessé de fournir et mettre en place tous les ingrédients qui alimentent les tensions et conduisent à la guerre sur notre propre sol. L’islam doit être soumis aux lois de la République ; et ceux qui ne l’acceptent pas doivent partir, voire être poussés vers la sortie. Votre prudence, comme celle manifestée par vos prédécesseurs, résonne aujourd’hui, dans ce rapport de force engagé par l’islam et auquel vous n’échapperez pas, comme un renoncement à affronter l’esprit totalitaire ».
Ces propos étaient adressés au président de la République dans la lettre ouverte du 13 mars 2018, il y a donc plus de dix-huit mois.

Depuis cette date, la situation n’a cessé de s’aggraver avec à présent des agressions ou des attaques au couteau devenues quasi-quotidiennes provoquant des morts et des blessés considérés comme des faits divers, avec des incendies d’origine douteuse, avec nos églises profanées, vandalisées (875 en un an !), voire incendiées (26 en un an !) dans un silence assourdissant de la part du gouvernement et des médias !

Et aujourd’hui, après les centaines de morts qui ont endeuillé la France et les milliers de blessés qui l’ont meurtrie au cours des dernières années, un nouveau carnage frappe notre pays avec quatre morts et plusieurs blessés, non plus de la main de l’ennemi dans l’espace public, mais dans une enceinte officielle abritant un service de l’Etat assurant une de ses missions régaliennes, de surcroît de la main d’un traitre – appartenant à ce service – passé à l’ennemi. Cette fois, la mort est venue de l’intérieur. Alors, au-delà des polémiques stériles habituelles et des débats politiciens que provoquent ce drame épouvantable, nos dirigeants politiques, qui savent que l’ennemi (nous sommes en effet en guerre) utilise le terrorisme comme instrument de destabilisation, ne peuvent plus se défausser et s’abriter derrière des déclarations. Ils vont devoir prendre rapidement des décisions désagréables dans l’intérêt de l’Etat et de la nation débouchant sur des actions coercitives s’ils veulent vraiment empêcher cette guerre sur le territoire national, cette guerre vers laquelle nous nous engageons inexorablement. Et s’ils n’en sont pas capables, ils doivent laisser leur place. Car que révèlent non seulement l’acte meurtrier dans sa préparation et son exécution mais également la gestion qui en a été faite par le pouvoir ?

Malgré plusieurs alertes sur sa radicalisation après sa conversion à l’islam, ce djihadiste potentiel était employé dans l’un des services de renseignement chargé de la lutte contre l’islamisme, disposait d’une habilitation « secret défense » – qui plus est, renouvelée récemment – et avait donc accès à des informations ultra-sensibles notamment celles en lien avec l’islam dit radical. C’est sidérant ! Comment ce dysfonctionnement peut-il se produire dans un domaine aussi sensible ? Par ailleurs, alors que le mode opératoire signait l’acte djihadiste, pourquoi a-t-il fallu une trentaine d’heures avant que le parquet antiterroriste s’empare du dossier ? La prise de parole du ministre de l’Intérieur, au minimum maladroite, a semé le doute sur sa sincérité, laissant même à penser qu’il aurait menti. Car ne disposait-il pas, à ce moment précis de son intervention, environ quatre heures après la tuerie, d’informations sur la radicalisation du terroriste ? En effet, au cours d’une interview un député indique que lorsqu’en 2015 ce dernier s’était réjoui de l’attaque de Charlie Hebdo, sa hiérarchie avait été informée. Et il précise que le directeur de cabinet de l’époque du préfet de police est l’actuel Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur, présent à ses côtés lors de la déclaration de ce dernier. D’autre part, il intervenait après la venue à la préfecture de police du président de la République, puis du Premier ministre. Sa déclaration n’était donc probablement pas improvisée. D’autant plus que certains témoignages font état de pressions exercées sur des policiers pour, au mieux retarder la divulgation de l’origine islamiste de l’attaque, au pire tenter de la passer sous silence.

En fait, il faut bien reconnaître que la crainte de l’accusation d’islamophobie empêche la classe politique et en particulier ceux qui dirigent le pays d’agir dans l’intérêt des Français et notamment de leur sécurité. Or, l’islamophobie n’est que la conséquence logique de la teneur des textes fondateurs de l’islam et les carnages que leur application radicale produit à travers le monde. En refusant de nommer l’ennemi, les responsables politiques commettent une lourde faute et mettent en danger la vie des citoyens. Le déni de réalité dont se rend coupable l’Etat est grave et criminel. Et cet ennemi est à présent, non plus seulement sur le territoire, mais au cœur même de l’Etat, dans nos institutions, dans nos services publics, dans nos transports, dans notre police, dans nos armées. On ne peut pas s’empêcher dans le cas particulier de ces dernières, de s’interroger. Par exemple, combien de soldats français musulmans effectuent chaque année le pèlerinage à La Mecque ? Dans quel état d’esprit rejoignent-ils leur unité après avoir scandé avec des dizaines, des centaines de milliers de pèlerins ces prières de haine contre les non-musulmans ? Depuis des années, l’ennemi déroule son plan sans être inquiété, simplement en se servant de notre démocratie et en appliquant la stratégie adoptée en 2000 à Doha par l’OCI (Stratégie culturelle islamique dans les pays non islamiques). Notre pays est gangrené de l’intérieur et nos dirigeants, au lieu de prendre conscience de la menace et de la contrer, accompagnent cette islamisation criminelle de la France. C’est ainsi que la cathédrale Saint-Louis des Invalides a été profanée par la prière islamique au cours d’un concert, et qu’on a également facilité l’organisation d’une conférence à Paris par la Ligue islamique mondiale. Et que dire du rapatriement des djihadistes d’Irak et de Syrie avec leurs enfants, véritables bombes à retardement ?

La situation est donc extrêmement grave et si la 5ème colonne a facilité le carnage du 13 novembre 2015, la tuerie de la préfecture de police confirme l’existence d’un ennemi intérieur prêt à passer à l’action. Il n’y a plus de frontière entre l’ennemi et l’ennemi intérieur. En niant la menace et son caractère religieux dont se réclament les djihadistes, les responsables politiques trahissent leur mission de protection des Français et l’avenir de la nation qui devrait être leur priorité. Nos concitoyens doivent prendre conscience que nous sommes dorénavant face à une guerre sainte menée au nom de l’islam par les soldats d’Allah. Il faut donc s’y préparer, nous sommes prévenus. Résister à l’islam doit devenir un acte patriotique.

Ce carnage de la préfecture de Paris se produit au plus mauvais moment pour le président de la République et pour le gouvernement, quelques jours après le lynchage d’Eric Zemmour (exécuté parce qu’il dit la vérité), le lendemain de la grande manifestation des policiers exprimant leur colère et juste avant le lancement du débat sur l’immigration. Il va bien falloir que le pouvoir comprenne que la France n’est pas simplement une start-up, que c’est une pure folie que de continuer à laisser entrer une immigration de culture hostile à notre civilisation. Il faut dans l’immédiat écarter des services publics et notamment régaliens ceux qui sont suivis pour radicalisation, fermer les mosquées salafistes et renvoyer leurs imams. Et à ceux qui invoqueraient l’état de droit pour ne rien faire, on répondra que nous sommes en guerre et que de toutes façons le droit est un outil à la disposition du pouvoir pour lui permettre de légitimer son action. Il peut donc être modifié et confirmé par le Parlement. Ainsi l’état de droit est respecté. L’islam doit être soumis aux lois de la République, et ceux qui ne l’acceptent pas doivent partir, voire être poussés vers la sortie. Car entre nos cercueils et leur valise, il va falloir choisir.

Général (2s) Antoine Martinez
Président des Volontaires Pour la France

Cet article a été initialement publié sur le site des Volontaires Pour la France.


© 2020 Conseil National de la Résistance Européenne. Tous droits réservés.
À propos Mentions légales Nous contacter

Répondre
#17  - Alain a dit :

"Hallucinant! les associations proislamistes controlaient le soutien des victimes du Bataclan!Les psys etaient musulmans! Le 'soutien' etait du lavage de cerveau Et quand @ZinebElRhazoui dit que les frerosalafites sont aux portes du pouvoir on la fait passer pour une affabulatrice"
#MemorialBataclanORG

Répondre
#18  - Napoleon a dit :

Dans le Val d'Oise, 4 algériens, Brahim, Ylies, Nordine et Aziz ont braqué un bar-tabac, séquestré toute une famille et violé une mère de famille devant ses 5 enfant un pistolet sur la tempe. C'est leur procès. 6 mois avec sursis madame Nicole #Belloubet? https://t.co/Aqp4srm3e8

Répondre
#19  - Barbarie de rue a dit :

Montpellier : un jeune lynché en pleine rue sans aucune raison

La rixe a eu lieu au croisement de la rue de la République et du boulevard Victor-Hugo.

Publié le 28/01/2020

Pris à partie sans motif réel par plusieurs individus, un jeune Montpelliérain qui se baladait avec un ami au niveau du boulevard Victor-Hugo, à Montpellier, dimanche 26 janvier, vers 18 h, a été roué de coups, gratuitement. Arrêté, son agresseur a été déféré devant le parquet de Montpellier.

Des actes gratuits qui font froid dans le dos. Surtout à l'heure où l'on entend parler du côté de Poitiers du "péage à coups". Un nouveau "jeu", qui consiste à frapper gratuitement des passants. C'est à peu de chose près ce qui s'est passé ce dimanche 26 janvier, vers 18 h, à Montpellier, lorsque plusieurs jeunes, deux âgés de 14 ans et l'un de 16 ans, s'en sont pris sans motif défini à deux amis qui se baladaient tranquillement sur le boulevard Victor-Hugo.

Frappé au visage, il s'effondre au sol, inconscient

Pris à partie, le duo n'a dans un premier temps pas répondu aux attaques verbales ni aux menaces, préférant poursuivre son chemin. Mais à hauteur du croisement avec la rue de la République, une rixe a finalement éclaté avec leurs assaillants. Frappé lourdement au visage, l'un des jeunes s'est alors effondré au sol, inconscient. Ce n'est que l'intervention de riverains qui mettra fin à l'acharnement des agresseurs et à leurs coups.

Maîtrisés par des passants, les trois coauteurs, dont l'un était armé d'un couteau, ont finalement été remis aux enquêteurs de la police nationale rapidement dépêchés sur place. Alors que les trois suspects étaient placés en garde à vue, l'exploitation de la vidéosurveillance de la Ville a permis d'y voir un peu plus clair sur les agissements des uns et des autres. Les policiers y ont observé l'attroupement de plusieurs jeunes, des menaces puis des coups portés par un seul individu.

Un seul auteur véritablement mis en cause

Agé de 14 ans et n'ayant commis aucune violence, l'un des trois a été remis en liberté. Un autre, âgé de 16 ans, exempt lui aussi d'avoir porté la moindre attaque, fera néanmoins l'objet d'un stage de citoyenneté, car il était porteur du couteau. Quant au troisième, âgé de 14 ans, confondu par les images comme étant l'auteur principal de la rixe, il a été déféré devant le parquet et devra répondre de ses agissements devant la justice.

De son côté, prise en charge par les sapeurs-pompiers alors qu'elle était inanimée, la principale victime de ce lynchage en règle a été transportée d'urgence au centre hospitalier Lapeyronie pour y être soignée pour un traumatisme crânien et un vilain œdème au visage.

Sans savoir pourquoi, alors qu'on n'avait rien fait du tout

Et son compagnon d'infortune d'expliquer l'inexplicable lors de sa déposition : "On se baladait tranquillement lorsqu'une bande de jeunes s'est portée à notre hauteur. Et sans savoir pourquoi, alors qu'on n'avait rien fait du tout, ils nous sont tombés dessus, gratuitement". Une histoire à glacer le sang.

LAURENT VERMOREL



Montpellier : joint, insultes et couteau sur une terrasse de la ComédieUn incident a éclaté ce vendredi après-midi entre des jeunes attablés à la terrasse d'un café et le personnel de l'établissement, place de la Comédie à Montpellier.Midi Libre

Répondre
#20  - Actu 17 a dit :

Nantes : Frappé à coups de tesson de bouteille par son voleur, l’homme a reçu 42 points de suture à la tête.

 -

 28 janvier 2020

Un homme s’est emparé des vestes d’un couple à la sortie d’une boîte de nuit à Nantes (Loire-Atlantique) et a pris la fuite. L’une des victimes l’a poursuivi et a été violemment frappée à coups de tesson de bouteille.


La nuit festive venait de se terminer lorsqu’un couple de parisiens a déposé ses vestes sur une barrière ce dimanche matin vers 6 heures près du Hangar à bananes à Nantes, en sortant de la discothèque dans laquelle il était. Un individu est passé par là et a volé les deux manteaux raconte France Bleu.

L’homme a poursuivi son voleur afin de récupérer ses biens. Une altercation a alors éclaté. Le mis en cause a violemment frappé sa victime à coups de tesson de bouteille. Ce sont les agents de sécurité du Hangar à bananes qui ont ensuite maîtrisé l’agresseur et l’ont maintenu sur place jusqu’à l’arrivée des policiers.

Le mis en cause de 37 ans qui est en situation irrégulière sur le territoire français a été interpellé et placé en garde à vue.

10 jours d’ITT

La victime a quant à elle était prise en charge par les sapeurs-pompiers et conduite à l’hôpital. Elle a reçu 42 points de suture à la tête et s’est vu prescrire 10 jours d’Incapacité totale de travail (ITT).


L’agresseur présumé a été déféré et devait être jugé en comparution immédiate ce lundi pour ce vol avec violences.
© Actu17, la sécurité commence par l'information.

Répondre
#21  - Sebastien a dit :

Lyon : Jeremy, victime d’une agression gratuite en décembre, vient de sortir du comaPar Sebastien de Lyon le 30/01/2020

La vie de Jeremy a basculé dans la nuit du 17 au 18 décembre 2019. L’étudiant de 21 ans a été victime d’une violente agression près de l’Hôtel de Ville de Lyon. Jeremy a dû subir une lourde opération consécutive à un traumatisme cérébral. Il sort à peine du coma et ses proches se mobilisent…

[…]

Jeremy est transporté à l’hôpital Edouard Herriot dans un état désespéré. Il souffre alors d’un important saignement dans la boîte crânienne. « Il était en état de mort cérébrale, »raconte son père contacté par téléphone. Finalement transporté à l’hôpital Neurologique Pierre-Wertheimer de Bron, les médecins décident de l’opérer. Une opération de la dernière chance est pratiquée pour tenter de lui sauver la vie. Une longue intervention que le jeune homme endure ce 18 décembre, plusieurs heures après son agression.

Ce n’est que quatre semaines après les faits, mi-janvier, que Jeremy commence péniblement à sortir du coma. Et il est très loin d’avoir récupéré toutes ses facultés cérébrales et motrices: « aujourd’hui il ouvre les yeux, il peut respirer seul, bouger un peu les membres, » explique son cousin Florian. Jeremy qui a subi une trachéotomie ne peut pas parler. « Les médecins effectuent différents tests mais il est très vite fatigué, » précise-t-il. 

[…]

Jeremy avant son agression était un étudiant de 21 ans. Il suivait un parcours brillant à l’Inseec, une école de commerce de Lyon. Il espérait intégrer HEC ou l’EM, poursuivre des études à l’étranger…
Son père le décrit comme un étudiant sportif, très entouré socialement, populaire et très épanoui. Le garçon équilibré et travailleur « enchaînait les stages ».

[…]

Une cagnotte en ligne pour aider Jeremy et ses parents

C’est aujourd’hui un parcours du combattant qui débute pour le jeune Lyonnais. La famille de Jeremy le sait, il n’en est encore qu’au début d’une très longue et pénible rééducation.
« On sait que ça va être très long, et on a décidé de faire quelque chose avec ses amis pour l’aider car il va avoir besoin de beaucoup de soins, » a confié son cousin Florian. Ils ont tout récemment lancé une cagnotte en ligne sur la plateforme Leetchi pour récolter de l’argent qui servira aux besoins du jeune homme. « Pour qu’il bénéficie des meilleurs soins possibles, » résume Florian.

Cette aide financière est aussi destinée à aider les parents de Jeremy qui devront l’accompagner durant plusieurs mois. Jeremy est aujourd’hui particulièrement entouré par ses proches. Il est toujours soigné à l’hôpital Neurologique. Ses parents, qui vivent en Isère, se rendent chaque jour à son chevet.
(F de souche )

Répondre
#22  - Actu 17 / FR3 pas de Calais a dit :

Pas-de-Calais : Une adolescente de 17 ans tuée de 2 coups de couteau à la gorge et au thorax

Y.C.

 -

 30 janvier 2020, 20h47 │ MAJ : 30 janvier 2020, 20h47




Les secours n’ont rien pu faire pour sauver la victime. L’auteur du meurtre est activement recherché.


Le corps sans vie d’une adolescente a été découvert sur un terrain vague au bout de l’impasse Baudoin à Sallaulines (Pas-de-Calais), ce jeudi peu avant 18 heures. Les pompiers et le SMUR sont intervenus mais la victime, en arrêt cardio-respiratoire, est décédée.

D’après les premières constatations effectuées sur place, l’adolescente âgée de 17 ans a reçu deux coups de couteau à la gorge et au thorax, relate La Voix du Nord. La scène de crime, située près de la route départementale D262, a été « gelée » par les policiers. Les services de l’Identité judiciaire (IJ) procèdent aux relevés de traces et indices.

Le ou les auteurs de ce meurtre sont activement recherchés. Le parquet de Béthune a ouvert une enquête pour « homicide volontaire » et s’est rendu sur place, rapporte France 3.








© Actu17

Répondre
#23  - Grand Est a dit :

 Faits-divers - Justice Des mineurs migrants logés dans le bâtiment "hôtel des parents" du CHU

Vandœuvre-lès-Nancy | Faits diversDes mineurs migrants logés dans le bâtiment "hôtel des parents" du CHU

Une quarantaine de mineurs non accompagnés (MNA) sont hébergés dans un bâtiment situé dans l’enceinte du CHU de Brabois. Si pour une majorité de ces jeunes le séjour se déroule sans soucis déjà cinq d’entre eux, a priori tombés sous la coupe de personnes malintentionnées, ont été écroués.

Par Alain THIESSE - 27 janv. 2020 à 05:04 | mis à jour à 15:07

Les mineurs non accompagnés (MNA) sont, d’après le Conseil départemental, hébergés sur deux étages du bâtiment. Photo ER

« Le sujet est sensible et je ne préfère pas m’exprimer. » Même s’il fait beaucoup parler. Sur le site du CHU de Brabois, rares sont les langues qui acceptent de se délier ouvertement. Hébergés depuis un peu plus de six mois dans l’hôtel des parents - un immeuble de cinq étages sis entre l’hôpital d’enfants et le bâtiment de cardiologie – certains des mineurs non accompagnés (MNA) créent quelques remous. Sur le site de l’hôpital et, sans commune mesure, à l’extérieur.



Dans les couloirs

« Certains ont déjà été retrouvés en train de traîner, de nuit, dans les couloirs de cardiologie et des soignants ont alerté le service de sécurité », assure un hospitalier.

Les mineurs disposent de clés pour accéder à l’immeuble et à leur chambre.   Photo ER

À l’arrivée des MNA dans le bâtiment, il a fallu rappeler fermement certaines règles élémentaires. « Dans les premières semaines, des déchets étaient balancés par les fenêtres et jonchaient les pelouses à l’aplomb de l’immeuble ». Mais depuis, tout (ou presque) est rentré dans l’ordre. Même si les mégots de cigarette continuent à tomber des fenêtres ou à déclencher des alarmes.

Convention CHU/CD pour 46 places

Hormis un temps de réglage et d’adaptation, l’hébergement des MNA ne pose a priori pas de gros problèmes dans l’enceinte même du CHU. L’hôpital qui, à en croire le Conseil départemental (CD) avec lequel il a signé une convention renouvelable un an (terme au 30 juin 2020), empoche au passage « 130 000 € de loyer annuel ». « La convention porte sur un total de 46 places réparties sur deux étages et actuellement, c’est complet », précise le CD qui, au titre de sa mission de protection de l’enfance, reste la collectivité compétente pour assurer la prise en charge de ces mineurs étrangers. « Au CHU, sont logés les primo arrivants, le temps d’investiguer sur la réalité, tant de leur minorité que de leur isolement »

« Personnel d’encadrement insuffisant »

Pour Stéphane Pizelle (LR), conseiller départemental du canton de Pont-à-Mousson et membre du groupe de l’Union de la droite et centre (UDC), « la plupart des MNA qui arrivent en Meurthe-et-Moselle ne fournissent pas de papiers. Et par définition n’ont pas de famille, or ce n’est pas toujours le cas. Reste malgré tout l’obligation pour le CD de les mettre à l’abri. Soit à l’hôtel ou en ayant recours à d’autres modes d’hébergement ».

L’immeuble situé entre l’hôpital d’enfants et la cardiologie, héberge 46 MNA.   Photo ER

Au CHU, les jeunes migrants disposent de leurs propres clés leur permettant d’accéder au bâtiment ainsi qu’à leur chambre. « Ils sont libres, souligne le CD.  Ce n’est pas un lieu de rétention et encore moins une prison ! » Trop libres, selon Stéphane Pizelle qui, l’an passé, présidait la mission d’information et d’évaluation de la politique MNA du Département. « Les agents, personnels du Département et des associations ne sont plus en nombre suffisant pour encadrer dans de bonnes conditions ces jeunes migrants qui arrivent en Meurthe-et-Moselle »

Pour « une enquête interne »

Et de réclamer une « enquête interne » après des vols de portables parfois avec violence commis de nuit à Nancy, place Stanislas, ces dernières semaines et impliquant des MNA hébergés sur le site du CHU. « En majorité, ce ne sont pas des délinquants mais l’enquête devra montrer comment des mineurs ont pu se retrouver livrés à eux-mêmes, en pleine nuit, en dehors de leurs foyers, afin que de tels événements ne puissent, en aucun cas, se reproduire. »

Agressions place Stanislas : cinq mineurs déjà écroués

Des faits d’une rare violence sont survenus place Stanislas, dans la nuit de mercredi à jeudi 9 janvier, vers 4 h. Tabassé par plusieurs individus, un Nancéien âgé de 27 ans s’écroulait dans une mare de sang, à quelques mètres de la discothèque les Caves. Transportée par les pompiers aux urgences de l’hôpital central de Nancy, la victime présentait de graves blessures dont une fracture du bras. Au moment de son agression, il avait tenté de secourir un ami, lui aussi pris à partie quelques minutes auparavant, place Stanislas.

Un majeur écroué

Dans la nuit de jeudi à vendredi 10 janvier, la place était le théâtre d’une nouvelle agitation avec un important déploiement de forces de police, vers 4 h. Des individus suspects déjà observés sur ladite place à l’heure des sorties de discothèques, s’intéressaient de trop près aux noctambules. Probablement pour les détrousser. Deux mineurs non accompagnés (MNA) et un majeur étaient interpellés après le vol d’un portefeuille. Le majeur, a priori sans domicile fixe, aurait sous sa coupe des MNA qu’il inciterait à commettre des délits avant de relever les compteurs. Le suspect, à qui il est également reproché le tabassage du 9 janvier, a été écroué tandis que les deux mineurs, eux, ont été placés sous contrôle judiciaire.

Vol à la danseSamedi 18 janvier vers 5 h, nouvelle agression place Stan’, avec vol de portable au préjudice d’un noctambule alcoolisé. Là encore, un MNA était suspecté. Une série d’agressions sur la place Stanislas commencée début janvier avec, le dimanche 5 vers 6 h, l’interpellation de cinq individus après le vol du téléphone portable d’une jeune femme. Des faits ponctués par une bagarre générale. Les cinq suspects - des mineurs non accompagnés domiciliés au CHU de Brabois - ont tous été écroués. Une information judiciaire a été ouverte afin de démanteler un groupe de mineurs violents et organisés, visiblement spécialistes du « vol à la danse ». Une technique qui consiste à s’approcher de la victime (si possible alcoolisée) d’esquisser quelques pas de danse, de la prendre par la taille ou l’épaule de façon à créer de la sympathie. Avant de lui voler tout ce qui peut l’être. Mais parfois, la situation dégénère et verse dans la violence.

De 9,5 M€ à 11,5 M€

➤  Nombre : D’après les chiffres du Conseil départemental, le nombre de jeunes migrants (JM) accueillis en Meurthe-et-Moselle n’a cessé d’augmenter ces trois dernières années. En 2017, ils étaient 423 jeunes migrants (dont 325 MNA - mineurs non accompagnés). En 2018, 514 JM pour 377 MNA. En 2019, 610 JM pour 374 MNA.

➤  Budget : L’an dernier, le budget départemental consacré à l’accueil des mineurs non accompagnés était de 9,5 millions d’euros, « dont 1 M€ de recette de l’État »

Répondre
#24  - Le Parisien a dit :

Amiens : quatre personnes en garde à vue après l’homicide de Mathéo, 19 ansSelon de premiers éléments, la victime n’avait aucun lien avec la bande de suspects. Elle serait trouvée « au mauvais endroit au mauvais moment ».

Les policiers ont établi un lien avec des faits de violences commis dimanche soir dans une fête au sein du quartier Etouvie (capture d’écran). Google Street View

Par Le Parisien avec AFP

Le 30 janvier 2020 à 21h34

Les quatre suspects, tous originaires de la ville, sont âgés de 18 à 24 ans et défavorablement connus des services de police. Tous ont été placés en garde à vue après la mort, dimanche, de Mathéo, un jeune homme de 19 ans tué à coups de couteau à Amiens (Somme).

Le plus jeune a été interpellé mardi, tandis que les trois autres se sont livrés aux autorités le lendemain. Les policiers étaient parvenus à remonter jusqu'à eux en établissant un lien avec des faits de violences commis dimanche soir dans une fête au sein d'un appartement du quartier Etouvie d'Amiens.

« On sait qu'ils ne se sont pas présentés par hasard à cette soirée. Ils s'étaient renseignés. On est dans un contexte où cette bande d'individus cherchait à s'en prendre à des Parisiens », a indiqué le procureur de la République d'Amiens, Alexandre de Bosschère, au cours d'une conférence de presse.

« Au mauvais endroit au mauvais moment »

En sortant de l'appartement, ces individus ont repéré le véhicule, immatriculé à Paris et stationné à proximité de l'immeuble, à bord duquel se trouvait la victime.

« Tout indique que Mathéo était là au mauvais endroit au mauvais moment. Inconnu de la justice, il n'avait rien à voir avec cette bande », a ajouté le procureur, sans préciser si l'arme avait été retrouvée.

Un juge d'instruction a été saisi d'une enquête pour homicide volontaire, violences aggravées (avec arme et en réunion), vol aggravé d'un véhicule, destruction par incendie, recel de vol et violation de domicile. Les auteurs encourent une peine de 30 ans de réclusion.



Une cagnotte ouverte en ligne en faveur de la famille de Mathéo avait permis de recueillir jeudi près de 3000 euros. Ses obsèques ont eu lieu jeudi après-midi.






Le Parisien

Répondre
#25  - La Dauphine a dit :

 Faits-divers - Justice Attaque des militaires de Sentinelle : Raouf El Ayeb condamné à 17 ans de réclusion criminelle

JUSTICEAttaque des militaires de Sentinelle : Raouf El Ayeb condamné à 17 ans de réclusion criminelle

Par Clarisse ABATTU - 29 janv. 2020 à 10:02

Archives

Alors que Raouf El Ayeb encourait la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir foncé le 1er janvier 2016 sur quatre soldats en patrouille devant la grande mosquée de Valence, les débats et expertises médicales de trois jours de procès devant la Cour d’assises de la Drôme ont conduit l’avocat général à prendre en compte une altération du discernement de l’accusé au moment des faits.

Ainsi, le magistrat a requis à l’encontre du Franco-Tunisien de 33 ans, 12 ans de réclusion criminelle. 

La cour d' assises de la Drôme a rendu son verdict mercredi 29 janvier à près  de 22 heures. Le Franco-tunisien Raouf El Ayeb a été reconnu coupable de tentative de meurtre sur quatre militaires de Sentinelle le 1er janvier 2016 sur le parking  de la grande mosquée de Valence et condamné à 17 1ns de réclusion criminelle "


Commentaire : tentative de meurtres ?Ce la devrait être au moins qualifié d'attentat ou crime de guerre ,non?

Répondre
#26  - Actu 17 a dit :

🇫🇷 Seine-Maritime : La jeune automobiliste n’avance pas assez vite, il la sort de sa voiture et la roue de coups .

Répondre
#27  - Actu 17 a dit :

Lyon : Accusé d’être entré chez une femme par sa fenêtre et de l’avoir violée, un homme interpellé

Y.C.

 -

 31 janvier 2020, 11h54 │ MAJ : 31 janvier 2020, 11h54

Un homme âgé de 21 ans en situation irrégulière sur le territoire français, a été interpellé puis placé en garde à vue. Il a été confondu par son ADN, retrouvé sur un sous-vêtement de la victime.


Elle avait été réveillée puis violée à son domicile. Le 22 juillet dernier en pleine période de canicule, une jeune femme a été brusquement réveillée vers 6 heures du matin par un individu qui venait de s’introduire dans son appartement situé dans le 8e arrondissement de Lyon. L’homme était entré par la fenêtre qu’elle avait laissée ouverte.

L’agresseur s’est jeté sur elle, lui a arraché ses vêtements et l’a violée en la menaçant avec un couteau. Il a ensuite pris la fuite.

Interpellé au centre de rétention administrative

Une enquête avait été immédiatement ouverte et les techniciens de la police technique et scientifique étaient parvenus à isoler une trace ADN de l’auteur des faits, sur un sous-vêtement de la jeune femme. C’est ce qui a permis de confondre un suspect qui a été interpellé en début de semaine, au centre de rétention administrative (CRA) de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry, où il venait d’arriver.

L’homme âgé de 21 ans serait un sans domicile fixe. Il est déjà connu de la justice et est en situation irrégulière en France. Le suspect a été placé en garde à vue. Face aux enquêteurs, l’homme a d’abord nié les faits avant d’évoquer un rapport sexuel consenti avec la victime.


Le suspect a été écroué

Déféré devant un juge d’instruction, le mis en cause a été placé en détention provisoire en l’attente de son jugement.



Yvelines : Un ado enlevé à la sortie de son lycée, roué de coups puis abandonnéAbordé en pleine rue par quatre inconnus, un adolescent a été embarqué de force dans leur véhicule. Son calvaire venait de commencer. Un adolescent de 17 ans a été enlevé et séquestré par quatre hommes à bord d’une Renault Clio .

Répondre
#28  - Le Parisien a dit :

Île-de-France & OiseYvelines

Yvelines : un jeune homme entre la vie et la mort après une agressionAgé de 27 ans, il a été retrouvé inconscient ce vendredi matin dans le quartier de Satory. Le mobile de l’agression demeure mystérieux pour l’instant.


Par Julien Constant

Le 1 février 2020 à 11h52

Le mystère plane encore vingt-quatre heures après ce qui semble être une terrible agression. Un jeune homme de 27 ans a été retrouvé, ce vendredi matin à Versailles, gravement blessé dans le quartier de Satory. « Pour l'heure, il est encore entre la vie et la mort à l'hôpital Pompidou », précise une source proche de l'affaire.

Tout commence vers 7 h 45 rue de la Martinière, devant le gymnase lorsqu'un militaire retrouve Sylvain gravement blessé et inconscient gisant sur le trottoir. Il prévient aussitôt les secours. Et rapidement pompiers, Samu et policiers arrivent sur place. Sylvain souffre d'un grave traumatisme facial, d'une fracture du crâne mais aussi du poignet et de la main gauche. Les secouristes le placent dans un coma artificiel et il est conduit à l'hôpital Pompidou (Paris XVe). « Les médecins ne sont pas optimistes », précise une autre source, soulignant la sévérité de ses blessures.

La piste d'une mauvaise rencontre

Sylvain est un jeune sans histoires qui habite dans la rue où il a été trouvé. Il venait de terminer ses études supérieures. « Il est titulaire d'un double master en chimie et science des matériaux décroché à la faculté de Saint-Quentin-en-Yvelines », explique son profil professionnel sur Internet. Il y a deux ans, sans doute durant ses années d'étude, il a aussi occupé un emploi dans le magasin Leroy Merlin de Bois-d'Arcy. Ce jeune homme s'intéresse à la pétrochimie et à l'aéronautique et joue au football en salle à Trappes.

Pour l'heure l'hypothèse privilégiée est celle d'une mauvaise rencontre. Mais à ce stade aucun mobile, aucun élément d'enquête n'ont pu être découverts par les enquêteurs de la sûreté de Versailles qui mène les investigations.



© Le Parisien

Répondre
#29  - Mia a dit :

les filles de strasbourg faites attention à la gare il y’a un groupe d’une vingtaine de gars qui tentent d’agresser les filles (embrasser, toucher les fesses). faites attention à vous et vos proches

Merci Mia pour votre souci des autres .On diffuse .

Répondre
#30  - Elise Lacroix a dit :

Une collégienne insultée chaque jour de "sale pute", "sale Française" est menacée d'être "brûlée vive" pour ne pas pratiquer l’islam.

Répondre
#31  - acantari a dit :

elle peut avec son tph discrètement enregistrer ces insultes puis aller déposer plainte?
mais que fait l' éducation nationale, et que font les parents, les frères, les amis, les copains?!
ils attendent quoi, qu'elle se fasse tuer pour ensuite faire une marche blanche avec des fleurs et des bougies, et une pancarte " vous n'aurez pas pas haine"!!

Répondre
#32  - acantari a dit :

je reviens sur mon commentaire ci-dessus #31
Si la Gendarmerie ou la Police Nationale ne prennent pas la plainte car pas d’agression physique, ou autre motifs aussi futiles que démagogique!!
Elle peut faire un RJ Renseignement Judiciaire, en se prévalant d'un Certificat Médical
( dépression- peur d'aller au collège- ou autres motifs ). Cette fiche de R.J. appuyée par ce type de Certificat Médical, part directement chez le Procureur de La République, qui lui a l'opportunité d’exercer une "poursuite pénale", et ceci sans l'accord de la victime.Ce qui veut dire que la victime ne sera pas exposée à une confrontation.
Si la Gendarmerie ou le Commissariat de Police, refuse de rédiger cette fiche R.J.
2 solutions;
- soit se rendre dans une autre unité de Gendarmerie ou Commissariat,
- soit s'adresser directement au Parquet par courrier recommandé avec A/R. ( bien conserver le double de ces courriers).
Vous trouverez l'adresse du TGI sur internet en fonction de votre localité.

NB; le plus important est le contenu du Certificat Médical bien qui accompagnera la demande.

Répondre
#33  - Anne Vareyne a dit :

Merci pour ces conseils .
Il faut en effet tout faire pour sortir de la banalisation des atteintes et de l'Omerta .
Le droit d'exiger la justice et la sécurité n 'est pas négociable.

Répondre
#34  - acantari a dit :

La nièce de mon beau fils, ( 21 ans),, sous l'emprise d'un bon français ( de ceux qui sont une chance pour la France..), subissait menaces et violences .
Après s'être retrouvée en garde à vue, parce qu'elle a été contrainte sous la menace à faire des choses illégales, la famille et les amis ont pris leurs responsabilités...
Fin de la série " plus belle la vie" pour le dénommé Bouanani Fodil du quartier La Bricarde à Marseille.
Lorsque l'Etat n'assure plus les fonctions régaliennes qui lui incombe, alors la loi du plus fort reprend sa place!!
il faut que la peur change de camp!!

Répondre
#35  - Anne Vareyne a dit :

Bien dit!France = Justice!

Répondre
#36  - Julie a dit :

Sujet d'actualité, s'agissant de l'Igpn, comment peuvent-ils jugent et partis, questions: quelle France vivons-nous au singulier comme au pluriel?

Répondre
#37  - Claire Le François a dit :

https://actu17.fr/meurthe-et-moselle-une-mere-de-famille-defenestre-une-camarade-de-sa-fille-15-ans-de-reclusion-criminelle/

Répondre
#38  - Peter a dit :

Aujourd'hui,, nous commençons à subir "la race anti blanche" il est plus que tant de réagir!
Webmaster

Répondre
#39  - Joséphine a dit :

Une guerre nous a bien été déclarée, l'ennemi est connu même s'il n'a pas d'uniforme.
Sarkozy avait promis le karcher, il n'a rien fait. Hollande et Macron idem.
120 agressions par jour au couteau, à la machette, en France. Mais à côté du Bataclan et de la promenade des Anglais, c'est tellement banal que nos chaînes d'information trouvent inutile d'en parler. Le gentil petit coronavirus utile qui plonge le monde dans une CRISE financière est arrivé juste à temps. Attali doit prendre son pied, cette drôle de chose, ne décime que les petits vieux ayant dépassé l'âge de la retraite.

Répondre
#40  - Anne Vareyne a dit :

L'Eglise de St Trivier en Courtes dans l'Ain a été entièrement ravagée par un incendie hier.
Encore une !

Répondre
#41  - Anne Vareyne a dit :

Un gendarme en seine et Marne qui n'était pas en service a voulu protéger un couple âgé de l'agressivité de jeunes qui trouvaient que le couple ne roulait pas assez vite.
Un déchaînement de violence s'est est suivi .Le gendarme a 21 jours d'Itt !
Qui sont ses agresseurs ?
On imagine comment le couple a dû être choqué.
Ces situations insupportables sont des actes de barbarie.

Répondre
#42  - Anne Vareyne a dit :

https://actu17.fr/clermont-ferrand-une-femme-violee-et-2-autres-agressees-sexuellement-en-quelques-heures-en-pleine-rue/

Répondre
#43  - دانلود موزیک a dit :

i like your website so good

Répondre
#44  - دانلود آهنگ سینا پارسیان شکاف a dit :

i like your website so useful

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot ysarn ?

Fil RSS des commentaires de cet article