• 0789630832
  • danwebmasterorg@gmail.com
  • 83470 Saint Maximin la Sainte Baume
Actualité
Désastre énergétique : Macron 100 % responsable et coupable !

Désastre énergétique : Macron 100 % responsable et coupable !

En cinq ans, il n’a pris aucune décision pour assurer notre indépendance énergétique.

Éminemment vexé, Macron le fossoyeur de la filière nucléaire refuse de porter le chapeau. Il nous rejoue l’épisode Benalla ! Mais il ment comme un arracheur de dents.

« Qu’on ne vienne pas me chercher sur Fessenheim ! », a-t-il lancé, furieux.

Ce modèle d’incompétence, qui fait tant de mal à la France avec ses délires mondialistes et écologiques, n’accepte pas les vérités émises par le président d’EDF, lequel dénonce les indécisions du pouvoir depuis des années et la suicidaire politique d’abandon du nucléaire, ce qui nous a conduits dans l’impasse actuelle.

Macron a saboté une énergie abondante, bon marché et décarbonée, pour importer à prix d’or une électricité produite par des centrales au charbon, hyper-polluantes.

C’est toute sa politique énergétique de soumission aux Verts qui se retrouve prise en défaut, mettant le pays dans une situation économique catastrophique faute d’électricité.

Un manque de stratégie flagrant et une indécision criminelle, dans l’attente des échéances électorales et du soutien des Verts. La réélection de Macron passe avant l’indépendance énergétique de la France. Pendant cinq ans, il est resté les bras ballants, sacrifiant le nucléaire pour plaire aux Verts et à Angela Merkel. Le résultat est devant nos yeux.

Nous sommes passés de leader mondial du nucléaire, largement exportateur d’électricité, à pays importateur frappé de pénurie. Le seul atout de nos entreprises est détruit.

Macron ment quand il affirme que la centrale de Fessenheim, faute d’une maintenance suffisante, devait être fermée. De l’avis des experts intègres et non politisés, cette centrale partiellement rénovée pouvait encore fonctionner dix ou quinze ans. Et de toutes façons, il est totalement irresponsable de l’avoir fermée avant la mise en service de l’EPR de Flamanville.

Tout le monde savait que la majorité de nos centrales approchaient la quarantaine et que la situation allait se tendre, puisque seul un programme de démantèlement était dans les tuyaux, avec 14 réacteurs sur 58 devant être supprimés. Fessenheim est le symbole de l’incompétence de Macron.

Mais ce Président n’assume jamais ses fautes. Il se croit le meilleur et possède la science infuse. Il y a quelques années, cet ignare souhaitait supprimer la force de dissuasion nucléaire, sans comprendre que cet outil, vital pour notre sécurité et notre indépendance, nous permet d’avoir notre siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU et de bénéficier du droit de véto. C’est dire combien il maîtrise le sujet.

Le mix électrique avec 50 % de nucléaire en 2035, donc demain, est toujours d’actualité alors qu’il faudrait au contraire relancer le nucléaire, comme le préconise l’AIE. Pour l’Agence internationale de l’énergie, la production du nucléaire devra doubler d’ici 2040. Ce que Macron veut ignorer.

Son obstination ressemble à une volonté délibérée de détruire notre fleuron industriel.

Dans un excellent article, Alain Falento nous retraçait la lente descente aux enfers de notre filière nucléaire.

https://ripostelaique.com/nucleaire-chronique-de-40-ans-de-destruction-dun-joyau-francais.html

Mais n’oublions pas la lourde responsabilité de Macron, qui a retourné sa veste en permanence, disant tout et son contraire à propos de sa politique énergétique. Ce sont des contorsions permanentes par pur calcul électoraliste.

Otage des Verts pour sa réélection de 2022, il a d’abord repoussé la décision de construire 6 nouveaux EPR à 2023, oubliant que cette incertitude interdit à EDF d’embaucher, de former, de planifier pour ne pas perdre un savoir-faire inestimable et mondialement reconnu.

La consommation d’électricité va augmenter massivement dans le futur et seul le nucléaire est en mesure de répondre à ce défi, à condition de relancer la construction de centrales dans la plus grande urgence.

Le nucléaire écrase toute la concurrence, dans tous les domaines. Peu cher, pilotable et décarboné.

Coût :

Selon l’AIE, le coût du mégawattheure nucléaire est de 35 dollars, contre 53 dollars pour l’éolien terrestre, 115 pour l’éolien en mer, 73 pour la géothermie et 68 pour le solaire.

Émissions co2 :

Et selon le Giec, les émissions de CO2 sont les suivantes :

Charbon = 820 g d’équivalent CO2 par kilowattheure.

Gaz = 490 g

Biomasse = 230 g

Solaire = 41 g

Géothermie = 38 g

Hydraulique = 24 g

Nucléaire = 12 g

Éolien = 11 g

Mais ni l’éolien, ni le solaire ne sont pilotables et exigent donc le recours à d’autres productions d’électricité polluantes.

Ce massacre de la filière nucléaire est parfaitement illustré par le feuilleton de l’éolien, qui dévoile tout le machiavélisme sans limite de Macron.

Le 14 janvier 2020, devant les élus locaux remontés contre l’éolien, Macron tenait un discours peu enthousiaste quant à l’avenir de cette filière.

« La capacité à développer l’éolien massivement, il faut être lucide est réduite. Le consensus est en train de nettement s’affaiblir dans notre pays. De plus en plus de gens ne veulent plus voir d’éolien près de chez eux, considérant que leur paysage est dégradé ».

Et la ministre de la Transition énergétique, une certaine Élisabeth Borne, enfonçait le clou :

« Une situation d’encerclement autour de certains bourgs qui est absolument insupportable ».

Mais le 21 avril 2020, Macron retournait sa veste et accélérait le développement de l’éolien, voulant le porter de 8 000 à 20 000 unités d’ici 2028.

La Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE  de 2019-2028) a donc enterré le nucléaire et propulsé l’éolien, contre les préconisations de l’AIE. Un non-sens industriel absolu.

Dans l’éolien, la rentabilité sur fonds propres est de 25 %. On comprend que les opérateurs, la plupart étrangers, se battent pour se partager le fromage gaulois, largement subventionné.

La France pollue six fois moins que l’Allemagne. Mais les Verts, aidés par Macron, ont décidé de détruire son seul atout économique dans la compétition mondiale.

Macron est bien le pire fossoyeur de la France.

À ce jour, la fermeture de 14 réacteurs d’ici 2035 est toujours d’actualité.

Mais la construction de 6 nouveaux EPR n’est toujours pas lancée.

Comment EDF pourrait-elle planifier sa politique de recrutement, de formation et de construction, avec une girouette comme Macron ? Il croit tout savoir, veut tout décider mais ne comprend rien.

Macron nous conduit à la catastrophe.

Jacques Guillemain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :