Menteurs ou assassins ? Ils ont laissé les Parisiens contaminer les zones préservées !

Il est absolument hallucinant de voir comment cette soi-disant crise du Covid est systématiquement gérée à contresens, comment tout est fait pour la faire durer et pour sans cesse la réétaler dans l’espace et dans le temps ; et surtout de voir comment ils nous mentent constamment depuis le début.

Hier, à l’annonce du confinement en Île-de-France, ça a été le rush vers la province. C’est ainsi qu’on a pu voir 400 kilomètres de bouchons autour de la capitale. La SNCF a vendu 78 000 billets au départ de Paris en 2 heures, les gares ont été prises d’assaut, les gens s’y sont entassés les uns contre les autres sans aucune précaution, des TGV bondés de voyageurs potentiellement infectés sont partis vers le Sud-Ouest et vers toute la province, entassés dans des wagons archi-pleins pendant des heures, s’infectant et se réinfectant mutuellement. Hier soir, à Bordeaux Saint-Jean et à Toulouse Matabiau, ce sont des milliers de gens qui sont descendus des trains en provenance de la capitale. Pareil vers la Bretagne et vers le Sud-Est.

Ce soi-disant confinement est une bouffonnerie absolue. Ce n’est pas compliqué. Soit il y a une vraie pandémie, soit il n’y en a pas. Soit on prend des mesures, soit on n’en prend pas. Soit il y a un risque prophylactique, soit il n’y en pas. Soit on confine, soit on ne confine pas. Interdire aux gens de s’éloigner de plus de 10 kilomètres de chez eux, mais les laisser partir en masse dans des trains bondés où le virus, s’il est réellement dangereux, va être brassé pendant des heures et respiré par des milliers de gens qui vont tous se contaminer les uns les autres, pour finalement les laisser se déverser dans des zones encore préservées, c’est du foutage de gueule.

Si ce virus est réellement dangereux, ne pas avoir bouclé la capitale à l’annonce du confinement est tout simplement criminel.

Qu’est-ce que cela veut dire ? C’est très simple : soit il n’y a tout simplement pas plus de pandémie que de beurre en broche et alors ils se foutent de nous, soit ce virus est vraiment dangereux, et alors que ce sont des criminels.

Notre thèse c’est qu’ils se foutent de nous et que tout est fait pour nous vacciner. Quoi qu’il en coûte.

Manifestement, cette soi-disant pandémie est méticuleusement jardinée pour faire peur. Chaque fois, de soi-disant nouvelles vagues sont mises en scène pour terroriser la population et c’est exactement ce à quoi nous assistons avec cette nouvelle théatralisation.

Refusons le vaccin, refusons un nouveau confinement, quoi qu’il nous en coûte.

Martin Moisan

A propos de l'auteur

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Articles Similaires

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x